Un centre d'entreprises zéro biodéchets

Village_Partenaire_1.JPG
 

CONTEXTE

Le Village Partenaire fait partie du réseau des centres d’entreprises de la Région de Bruxelles-Capitale. Il met à disposition des entrepreneurs des surfaces de bureaux et toute une série de services qui facilitent la vie des entreprises. Toute l’équipe du Village Partenaire a ainsi souhaité créer un lieu de convivialité et un cadre agréable de travail. 

Historiquement, ce centre d'entreprise s'implante dans le quartier de la gare du Midi, un quartier à haute valeur stratégique de la Commune de Saint-Gilles mais aussi de la Région bruxelloise. Il s’articule autour de la plus grande gare du pays en terme de trafic de voyageurs. Les réalisations immobilières prévues dans le bas de Saint-Gilles de 2001 à 2010 ont été un des premiers facteurs de redynamisation. Depuis, de nombreux nouveaux besoins se sont développés pour les entreprises et pour leurs employés (café/restaurant, garderie, agence de communication, graphisme, architecte, informatique...). Le Village Partenaire s'est appuyé sur cette revitalisation en créant un trait d’union entre le quartier du Midi et le Parvis de Saint-Gilles et en permettant aux entrepreneurs de s’arrimer à ces nouvelles perspectives économiques.

Au fil du temps, l’équipe du Village Partenaire a développé une expérience dans l’élaboration de projets entrepreneuriaux durables et regroupe aujourd'hui une quinzaine d'entreprises.

INNOVATION

Affiche guide pratique Pierre Léger.jpg

La gestion des déchets en général et des biodéchets en particulier tient une place importante au sein du Village Partenaire. Récemment, en partenariat avec Brussels Waste Network et Bruxelles Environnement, le Village Partenaire et Pierre Léger (Éditeur responsable et éco-conseiller au Village) ont publié un petit guide des bonnes pratiques. Ce guide est diffusé au réseau des centres d’entreprises bruxellois. 

Concrètement, pour gérer ses biodéchets le plus efficacement possible, le Village Partenaire a mis en place plusieurs innovations au sein de sa structure.

Bien que ces initiatives sociales soient utilisées et maintenues par l'ensemble des utilisateurs de toutes les entreprises du Village, l'éco-conseiller Pierre Léger garde un œil sur les installations pour s'assurer que tout soit correctement géré (propreté, type de déchets, proportion azote/carbone, humidité, odeurs...) 

Ces innovations ont fait l'objet de procédures de quantification dont les résultats sont notamment dans le guide des bonnes pratiques

3 bacs de compostage

Avec tout ce qui est compostable (épluchures de légumes, fruits, marc de café et sachets de thé en tissu, coquilles d’œufs, bouquets de fleurs et plantes d’appartement, feuilles mortes ou papier journal), le village produit environ 2,5 tonnes de compost/an. 

 Le type et la provenance de ces déchets sont: 

  • Déchets organiques verts : 80 kg
  • Déchets organiques issus de l’agriculture urbaine : 800 kg
  • Déchets organiques Horeca : 800 kg
  • Déchets organiques VP : 750 kg

Après une année d’utilisation du compost, nous avons obtenu environ 600 l de compost c’est-à-dire 300 kg qui représentent 900 kg de déchets organiques évités au Village partenaire.

Bien qu'on observe une quantité trop importante de déchets azotés humides (déchets de cuisine), l’équilible peut être rectifié en y ajoutant des cartons non-imprimés ou de vieux journaux riches en carbone.

Le compost mûr est réutilisé pour les espaces verts et plantations. Nous avons mis en place une dynamique de parrainage de bacs de cultures par les entrepreneurs. En d’autres termes nous mettons à disposition de ceux qui le désirent des bacs de plantation dans lesquels ils peuvent planter des fleurs et des légumes. Le compost produit sert à amender la terre [extrait du guide des bonnes pratiques]

Un vermicompostage

L’intérêt d’une vermicompostière par rapport à un compost est qu’elle peut être installée à l’intérieur (ici dans le hall d'accueil). 

A partir d'épluchures de légumes, de fruits, de marc de café et de sachets de thé en tissu, de coquilles d’œufs, de bouquets de fleurs et de plantes d’appartement, de feuilles mortes ou de papier journal, le village produit 10 litres de percolat récoltés en 2015 (Le percolat est un liquide très riche qui peut être utilisé comme engrais organique pour le plantes s'il est avec une part pour 10 litres d'eau. 

Un poulailler 

Pendant la Semaine européenne de réduction des déchets l’idée proposée par les entrepreneurs de mettre en place un poulailler a reçu le prix de la circularité. Nous en avons donc construit un dans le petit jardin à l’intérieur du Centre. 

Une poule peut consommer environ 150 kg de déchets organiques par an et produire environ 200 œufs/an. 

Les poules ont le gros avantage de manger à peu près tous les déchets organiques, même ceux qu’il faut éviter en général de mettre au compost (pain,…).

Il est toutefois important de noter qu'il est interdit de nourrir les poules avec des déchets de cuisine et de table (règlement européen 1069/2009)...