Le compostage

Illustration de A. Bortolotti

Définition

Processus de dégradation biologique aérobie de la matière organique (EU, Reg 142/2011) initié par la décomposition et la stabilisation de substrats organiques dans des conditions thermophiles et aérobies contrôlées (Colon et al., 2010). Le compostage peut être activé par des processus naturels, ou mécaniques
et contrôlés (température, flux d’air et humidité) dans des unités fermées. Le compost est le produit obtenu par compostage des matières premières organiques (EU, Reg 142/2011).

Le compost peut être appliqué comme engrais, amendement organique ou en milieu de culture, pour l’amélioration des propriétés physiques du sol et augmentant la rétention d’eau et la fourniture de nutriments essentiels (Colon et al., 2010).

Fonctionnement

compost tableau.PNG

Un compostage optimal est garanti sous des conditions favorisant la croissance microbienne, l’apport en carbone (C) (pour l’énergie), en azote (N) (pour les protéines), et en oxygène (O2) (pour la respiration). Différentes communautés de micro-organismes prédominent lors des diverses phases du compostage.
Tous les processus de compostage nécessitent un certain équilibre en disponibilité de matières carbonée (C) et azotée (N). Ils fonctionnent avec des déchets de jardin (feuilles mortes, branchages
issus de petites tailles, paille, écorces, tiges, brindilles) et de cuisine (épluchures de fruits et légumes, marcs de café, coquilles d’oeufs, SPA), mélangés de telle sorte que le rapport C/N soit d’environ 25/1 et que le pH approche la valeur de 8,9 (Andersen et. al, 2011). Les produits sortants du traitement de compostage sont majoritairement du compost (40% - 75%),
mais aussi du gaz et du percolât. [Fig.1]

 

Variante

Six techniques ont été retenues dans la présente étude : les composteurs en fût, en silo, rotatif, en tas statique aéré, le Earth tube et le Rocket composteur. Les trois premières sont des techniques de compostage spontané tandis que les trois dernières nécessitent un contrôle mécanique de l’aération (tas
statique aéré), de la température et de l’humidité (Earth tube) ainsi qu’un broyage et un mélange continus de la matière organique (Rocket composter) dans le but d’accélérer le processus de compostage et de minimiser l’espace nécessaire et le temps d’entretien des installations.

Evaluation d’impact environnemental : + + + / + +
Coût de fonctionnement* (€/kg) = 0 – 2

Cette fiche est issue du rapport suivant : Bruxelles Environnement, 2016. "Analyse théorique de la littérature décrivant les outils techniques de valorisation décentralisée de biodéchets des professionnels. Fiches synthétiques – Annexes ". Auteurs : A. Bortolotti, S. De Muynck et S. Kampelmann S., ULB-LoUIsE.
Vous pouvez également consulter le rapport final de l'étude.