Eco-digestion

Illustration de A. Bortolotti

Définition

Traitement thermique de fermentation aérobie à l’aide de micro- organismes thermophiles, durant lequel les bactéries prospèrent dans un environnement riche en oxygène en brisant et
digérant les déchets de cuisine (restes des repas, épluchures de fruits et légumes, viandes et poissons), dans une enceinte fermée et ventilée, à humidité et température contrôlées, actionnant un brassage permanent d’une durée d’environ 24 heures.

Fonctionnement

Le traitement prévoit une déshydratation par chauffage électrique en combinaison avec une fermentation de la matière organique par des micro-organismes. Le processus est activé
par inoculation de micro-organismes (notamment des bactéries lactiques, des levures et des actinomycètes) sous forme de poudre mélangée au démarrage composée de 90 % d’écorce
de riz. Une insufflation d’air contribue à l’oxygénation et uneinjection d’ozone permet la neutralisation des odeurs. Afin que les micro-organismes puissent continuer à se reproduire dans le récipient, chaque vidage doit conserver environ la moitié de la matière dans la machine. L’introduction des déchets frais ne peut excéder les 50 % de la capacité journalière à intervalles d’au moins 4 à 5 heures. Le traitement peut réduire le volume de la matière organique jusqu’à 90%. La machine n’émet qu’un rejet gazeux (Gesper, 2010). Par contre, la machine présente la plus grande demande d’énergie (env. 1 Kwh/ kg) parmi les techniques sélectionnées dans la présente étude. Le produit restant exige un traitement ultérieur pour ne plus être considéré comme un déchet.Pour ces deux raisons, l’évaluation d’impact environnemental de la machine est assez négatif. L’absence de littérature scientifique portant sur cette technique empêche une évaluation plus approfondie [Fig.7]

Variante

Le modèle retenu est une machine de déshydratation et digestion aérobie, autonome, déplaçable, ayant une capacité de traitement de 73 t/an de biodéchets et une consommation
électrique d’environ 1 kWh/kg de déchets. Destinée à un usage intérieur, dans un local bien ventilé, l’installation ne doit pas être exposée à des températures inférieures à 0 °C ni à la pluie. Pendant le brassage, la température excède les 75 °C, et le traitement de l’air est réalisé par des bio filtres à charbons actifs.

Evaluation d’impact environnemental : -
Coût de fonctionnement** (€/kg) = 0 - 0,5

 

 

Cette fiche est issue du rapport suivant : Bruxelles Environnement, 2016. "Analyse théorique de la littérature décrivant les outils techniques de valorisation décentralisée de biodéchets des professionnels. Fiches synthétiques – Annexes ". Auteurs : A. Bortolotti, S. De Muynck et S. Kampelmann S., ULB-LoUIsE.
Vous pouvez également consulter le rapport final de l'étude.